Mois du film documentaire : Un détroit surgit des glaces

Médiathèque, place d

07560 Montpezat-sous-Bauzon

Téléphone : 04 75 87 29 41

http://www.montpezatsousbauzon.fr/

Un film réalisé par Yves Billy
52 minutes, VF
La fonte des glaces arctiques permet l'ouverture d'une nouvelle route maritime de 7000 km. entre l'Atlantique et le Pacifique dans un environnement particulièrement vulnérable... les enjeux sont colossaux.

Les explorateurs européens ont longtemps cherché le moyen d'atteindre l'Asie en passant par l'océan Arctique. En effet, la route par le passage du Nord-Ouest est de loin la plus courte. Jusqu'à présent, les rigueurs polaires fermaient cette voie à tout trafic commercial. L'ouverture du passage du Nord-Ouest offre des perspectives économiques et stratégiques majeures, mais inquiète fortement le gouvernement canadien. Pour le Canada, les mers de l'Arctique relèvent du statut des eaux intérieures. À l'inverse, Washington, mais aussi l'Union européenne, le Japon et les autres pays industrialisés d'Asie considèrent les détroits arctiques du passage du Nord-Ouest comme des zones internationales où doit être maintenue la liberté de transit de leurs navires. Cette voie maritime n'est pas une route comme les autres. Sur près de 3 000 km, il n'existe aucun port praticable...
La glace était la meilleure alliée du Canada... jusqu'à ce que ne se fassent sentir les effets du réchauffement climatique. En effet, la couche glacée qui enserrait dans ses tenailles toutes les îles de l'archipel arctique canadien ayant fondu, s'est libéré le passage du Nord-Ouest permettant aux bateaux de relier l'Atlantique au Pacifique par le nord. Un raccourci de 7 000 km par rapport aux routes classiques via les canaux de Panama ou de Suez. Jusque-là, le Canada, dont la devise est « D'un océan à l'autre », considérait que ces eaux lui appartenaient et n'étaient pas internationales. Un point de vue vivement discuté par Washington, et à un moindre degré par l'Union européenne, qui lui concède la maîtrise jusqu'à 12 miles nautiques des côtes, mais revendique le libre passage des navires dans les détroits les plus profonds, dont le redoutable détroit de McKlintock.

Très soucieux de préserver la qualité de son environnement quasi vierge (la catastrophe de l'« Exxon Valdez » de 1989 dans l'Alaska voisin est encore dans toutes les mémoires), le Canada a légiféré mais doit lâcher du lest, ne serait-ce que parce qu'avec ses cinq navires garde-côtes, il n'a actuellement pas les moyens de surveiller cette immense zone. Du côté des habitants locaux, les Inuits qui, depuis 1999, disposent d'une autonomie politique, les avis semblent partagés ; certains y voient déjà des opportunités économiques et commerciales.
Avec ses splendides images de coque rouge sang crissant sur la glace et tranchant dans le blanc-manteau flottant, ses inserts de documents noir et blanc relatant l'expédition d'Amundsen au début du XXe siècle, ses vues d'hélicoptère et sa musique rythmée, le film de Yves Billy est beau et instructif, et il incite à réfléchir sur les choix de l'homme. « Pour la première fois, l'écologie vient de surgir dans la sphère de la géopolitique », résume l'auteur. Reste à savoir comment l'homme conciliera les deux.

Période d'ouverture

Vendredi 9 novembre 2018 à 17h.

Types Manifestation

Culturelle

Portee

Locale
Entrée libre.

Gratuit

Oui

A proximité

Géolocalisation

Latitude : 44.71235

Longitude : 4.205965

Pas de commentaires postés

Déposer un commentaire

Recharger

Source des données

APIDAE - L'information touristique

Données mises à jour le 19/10/2018 01:01:53